UN MOIS DE DECEMBRE NOIR

Quels sont vos droits pendant la grève ? Le début du mois de décembre s’annonce rocambolesque pour les milliers de travailleurs de l’hexagone et notamment les franciliens.

Entre la grève de la RATP, la SNCF et l’Aéroportuaire, comment les salariés vont-ils pouvoir honorer leurs obligations professionnelles à savoir : exécuter leur prestation de travail, être présent sur leur lieu de travail ; et espérer être payé.

Nous allons décortiquer ce que dit la loi sur cette question entre obligations du salarié, obligations de l’employeur et réalité juridique.

ATTENTION : PREVENIR VOTRE EMPLOYEUR

Par principe, l’employeur ne peut pas sanctionner un salarié qui serait empêché en raison des perturbations des transports car il s’agit d’un cas de force majeure.

Toutefois, attention à quelques précautions d’usage !

Il ne faut pas se contenter d’un coup de fil à son employeur mais bien lui adresser un écrit un courriel voire éventuellement doublé d’un courrier.

Vous pouvez également lui adresser des preuves comme des photos ou copie d’écran des lignes fermées, de la gare impraticable, des photos des écrans d’affichage ou tout document donné par le transporteur.

LES CONSÉQUENCES POUR LE SALARIÉ

Conséquences de la grève pour le salariéEn cas d’empêchement pour aller travailler, votre employeur n’a pas l’obligation de vous rémunérer pendant votre absence même si elle est indépendante de votre volonté.

Outre, votre salaire de base peuvent-être également déduits les primes et tickets restaurants et les congés payés amputés. Vous pouvez éventuellement poser un RTT ou des congés payés mais là encore il faut l’accord de votre employeur.

Le salarié peut demander à travailler en télétravail. Toutefois, cela suppose un accord exprès et écrit de l’employeur sauf si cela est prévu dans un accord collectif ou dans une charte de l’entreprise. L’employeur peut également l’imposer en cas de force majeure en pareille situation.

Enfin, vous ne pouvez pas refuser un déplacement professionnel pour cause de grève sauf à prouver là encore par écrit que celui-ci est impossible.